Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

25 juillet 2017

Grandes Régates de Port-Navalo

Arzon. Les Régates de Port-Navalo l’emportent sur la pluie

Louis Omnes présente à ces deux Nantais l'œuvre originale de l'affiche, qui, peut-être, sera vendue aux enchères.
  • Louis Omnes présente à ces deux Nantais l'œuvre originale de l'afficheNombreux étaient les petits voiliers venus partager un moment de convivialité avec l'équipage de L'Indomptable avant le début de la parade.
  • Nombreux étaient les petits voiliers venus partager un moment
  • de convivialité avec l'équipage de L'Indomptable avant le début de la parade. Claude montre au petit Marius de Haute-Savoie, les nœuds marins.
  • Claude montre au petit Marius de Haute-Savoie, les nœuds marins. Le bagad Sonnerien Lann-Bihoué a ouvert la journée.
  • Le bagad Sonnerien Lann-Bihoué a ouvert la journée. | Ouest-France

Ouest-France

Cirés et coupe-vent étaient de sortie ce week-end pour les régates de Port-Navalo. La pluie fine n’a pas eu raison de la fréquentation toujours aussi importante.

Les régatiers les plus courageux ont remis cela, dimanche matin, après des régates bien suivies, la veille, au large du Fogeo.

Sécurité oblige : pas d’écran géant

Après consultation de la préfecture et de la mairie, la présidente des régates de Port-Navalo, Sylvie Madeline, a annoncé à tous ses bénévoles la décision de ne pas ouvrir le pôle navigation avec la retransmission sur écran géant par drone des régates. Une déception puisque c’était une nouveauté, mais le temps n’est jamais prévisible et le vent souvent capricieux.

Cela n’a en rien entaché la fête à terre, le public a dégusté les huîtres du Golfe de Corinne Leroux et les traditionnelles saucisses-galettes, en écoutant de la musique bretonne.

400 lithographies de l’affiche

Le stand des affiches officielles trônait en première place, attirant les amateurs qui reviennent à chaque édition.

Cette année, 400 lithographies ont été tirées. Louis Omnes, l’ancien président des grandes Régates constate : « Tous les ans depuis 2005, Gildas Flahaut nous fait notre affiche. Cette année, il part faire le tour du monde, donc on va tout faire pour avoir d’avance notre affiche 2018. »

Il ne reste que quelques affiches de 2007, 2012, 2013 et 2015, les amateurs les collectionnent.

Claude, le responsable du matelotage de L’Indomptable, coquillier de 1947 d’Auray, et invité d’honneur, était à son stand pour apprendre aux petits comme aux grands le secret des nœuds marins.

La traditionnelle course à la godille en plate a eu lieu dans le port. La parade, de son côté, a toujours beaucoup de succès, la valse des voiles rouges et des belles coques en bois offre un spectacle toujours prisé.

La soirée s’est terminée par la remise des prix aux régatiers, avant le bal et, bien sûr, le feu d’artifice.

Posté par portnavalo1 à 07:55 - EVENEMENTS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 juillet 2017

Nocturnes littéraires

Morbihan. Cinquante écrivains attendus aux Nocturnes littéraires

L'édition 2017 des "Nocturnes littéraires" tourne son regard vers la jeunesse avec des animations destinées aux enfants.
L'édition 2017 des "Nocturnes littéraires" tourne son regard vers
la jeunesse avec des animations destinées aux enfants. | DR

Les « Nocturnes littéraires » s'invitent de nouveau dans le Morbihan du 23 au 30 juillet. Une cinquantaine d'auteurs formera la caravane littéraire de l'édition 2017. Elle se déplacera, chaque jour, de ville en ville pour aller directement à la rencontre du public. La nouveauté de l'année : un partenariat avec la grande fête du livre pour la jeunesse, « Partir en livre ».

Du 23 au 30 juillet, les « Nocturnes littéraires » produites par le Conseil départemental se donnent rendez-vous pour un nouvel été dans le Morbihan. Une cinquantaine d'auteurs s'intalleront dans les rues, les places ou les ports de sept villes différentes. L'occasion de rencontrer Philippe Vilain, Laeticia Colombani, Daniel Picouly, Serge Joncour, Florence Aubry ou encore Delphine Bertholon.

Cet événement a pour mission de rendre la culture accessible à tous. Il s'adresse aux Morbihannais, tout comme aux touristes. « Il s'agit de répondre à l'appétence du public pour la lecture », déclare Muriel Jourda, vice-présidente déléguée à la culture. « Dans le Morbihan, on aime lire ! », s'exclame-t-elle. L'exemple est frappant lorsqu'on compare le nombre de médiathèques au nombre de villes dans le Morbihan. Sur 256 communes, le département compte 241 médiathèques.

Les enfants, au coeur de cette édition 2017

Cette année, l'objectif de l'opération culturelle est également de se tourner vers le jeune public. Pour cela, les « Nocturnes littéraires » ont signé un partenariat avec « Partir en livre », la grande fête du livre pour la jeunesse, organisée par le Centre national du livre (CNL). « C'est une grande fierté d'avoir été labellisé par le CNL, se félicite Pierre Défendini, l'organisateur de l'événement. Il faut s'adresser aux enfants, qui, j'étais étonné, étaient nombreux aux éditions précédentes. »

Pour ce faire, des animations seront proposées par les auteurs François Plisson, Eric Ivars et Daniel Picouly en début d'après-midi, juste avant l'ouverture des stands des écrivains. De plus, des chèques lire seront offerts aux enfants pour les encourager à élargir leur bibliothèque.

La caravane littéraire voyagera de ville en ville dans le Morbihan

Les érivains ouvriront leur stand dans toutes ces villes étapes :

  • Dimanche 23 juillet, à partir de 17 h : la caravane littéraire prendra place rue des Vierges, à Josselin,
  • Lundi 24 juillet, à partir de 16 h : rendez-vous place Hoche, à Quiberon pour rencontrer tous les auteurs,
  • Mardi 25 juillet, à partir de 16 h : la caravane des écrivains fera halte sur le port du Crouesty, à Arzon,
  • Mercredi 26 juillet, à partir de 17 h : venez découvrir les dernières nouveautés littéraires au rond point de la République, à Locminé,
  • Jeudi 27 juillet, à partir de 17 h : rendez-vous au square Lenglier, à Pontivy pour échanger avec les auteurs,
  • Vendredi 28 juillet, à partir de 17 h : les écrivains s'installeront à Lomener, à Ploemeur,
  • Samedi 29 juillet, à partir de 17 h : venez découvrir la cinquantaine d'écrivains au port de plaisance de la Trinité-sur-Mer,
  • Dimanche 30 juillet, à partir de midi : pour clore cette édition 2017, les « Nocturnes littéraires » vous invitent au domaine de Kerguéhennec, à Bignan, également le théâtre de clôture du festival de jazz.

Posté par portnavalo1 à 15:21 - EVENEMENTS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2017

Dernière minute

Grandes Régates de Port-Navalo -
La décision a été prise, après consultation de la Préfecture et de la Mairie,
d’annuler le Pôle Régates au-dessus de la Grande Plage (drone et écran géant) pour question de sécurité, tout le reste de la manifestation étant maintenu, même les régates avec les plus sportifs, et la parade suivant les caprices du vent.
Nous comptons sur votre présence pour nous soutenir à la Criée où la fête à terre se déroulera comme prévu jusqu’au feu d’artifice. 
Le Passeur des Iles accompagnera les Vieux Gréements avec les
commentaires de Yannick Montigné (places disponibles 12 €).
Donc à demain, partageons ensemble ces moments de convivialité
pour tous les Amis de Port-Navalo.
Sylvie Madeline
Présidente des Grandes Régates de Port-Navalo

Posté par portnavalo1 à 08:12 - INFORMATIONS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 juillet 2017

Alex Bauer et lesConcerts de l'été

Arzon. Axel Bauer a enflammé Port-Navalo

Le rockeur de 56 ans a interprété des titres anciens, comme Cargo de nuit, mais également des chansons plus récentes, telles que La chasse à l’instant.
Le rockeur de 56 ans a interprété des titres anciens, comme Cargo
de nuit, mais également des chansons plus récentes, telles que
La chasse à l’instant. 

En pleine tournée dans toute la France, le chanteur et guitariste Axel Bauer faisait étape sur la grande plage de Port-Navalo ce jeudi 20 juillet.

Une foule enthousiaste composée de fans de la première heure mais aussi de simples curieux avait répondu présent.

  

Le rockeur a interprété un mélange de titres anciens revisités, comme Cargo de nuit ou À ma place, et de chansons plus récentes, telles que La chasse à l’instant, issue de son dernier album Peaux de serpent, sorti en 2013.

Celui qui est aussi auteur-compositeur a également interprété des reprises de rock et de blues, comme le titre Nutbush city limits de Tina Turner.

Ce concert faisait partie de la programmation des Arzonnaises, festival de musique estival organisé par Arzon Événements.

Programme des Arzonnaises

7 août, à 21 h 30, au port du Crouesty, place des Huniers : Robyn Bennett (chanteuse américaine).

15 août, à 21 h 30, à Port-Navalo : Les Barbeaux (folk punk).

21 août, à 21 h 30, au port du Crouesty, place des Huniers : Doolin’ (musique irlandaise).

24 août, à 21 h 30, à la criée de Port-Navalo : Wicked (rock).

28 août, à 21 h 30, au port du Crouesty, place des Huniers : Monsieur Roux (chanson française).

Posté par portnavalo1 à 15:19 - EVENEMENTS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 juillet 2017

L'événement de Port-Navalo

 « L’Indomptable » s’invite aux Grandes régates

Les Grandes régates attirent chaque année au moins 5 000 visiteurs, à Port-Navalo.
Les Grandes régates attirent chaque année au moins 5 000
visiteurs, à Port-Navalo. | Ouest France

Ouest France

Deux temps forts ce week-end, lors des Grandes régates de Port-Navalo : la course des voiles légères, pour des régates au large de la plaine du Fogeo, et la parade des bateaux traditionnels.

Le samedi en mer

Les régates des Voiles légères auront lieu samedi. Elles sont réservées aux dériveurs et aux catamarans des clubs de la baie, (Penvins, le Roaliguen, Saint-Jacques, le Rohu et le Fogeo). Il s’agit d’un challenge interclubs devant la plage du Fogeo. Tout le monde peut s’y inscrire pour 10 €, et 20 € le dimanche.

Le dimanche en mer et à terre

À 10 h 30, le Bagad Sonerien de Lann-Bihoué saluera le rassemblement des régatiers, près de la bouée de départ.Au-dessus de la grande plage de Port-Navalo, un pôle régates présentera l’exposition pédagogique, réalisée en partenariat avec le magazine Voiles et Voiliers. Grâce aux lunettes spéciales, une visite virtuelle du bateau Banque Populaire, d’Armel le Cléac’h, vainqueur et recordman du Vendée Globe 2016-2017, sera possible, et un simulateur de navigation permettra de découvrir les bases de la voile.

Les régates seront retransmises en temps réel sur écran géant. Une seconde course partira à 13 h, suivie, à 14, par une parade de bateaux traditionnels de la plaisance aux bateaux de travail que chacun pourra admirer depuis le chemin des douaniers, à la pointe de Port-Navalo.

À terre, du côté de la criée, les chants de marins des Gars de la Cale et des Vieilles voiles de Rhuys s’uniront. Ploukatak, un groupe de percussions brésiliennes, animera également le village.

Des initiations à la godille et aux jeux bretons sont prévues, ainsi qu’une restauration. Vers 16 h 30, les bateaux traditionnels rentreront dans la darse de Port-Navalo, avec cette année L’Indomptable, de Saint-Goustan, comme invité d’honneur.

Après la remise des prix, à 18 h 15, du jazz blues soul avec Chicken Blue, puis un bal avec Vent d’Ouest, et un feu d’artifice à 23 h, tiré du bout de la jetée, clôtureront ce week-end organisé par l’association des Grandes régates de Port-Navalo.

Posté par portnavalo1 à 11:48 - EVENEMENTS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 juillet 2017

Axel Bauer

Le chanteur Axel Bauer fait escale à Port-Navalo

Axel Bauer est notamment connu pour son premier tube au succès considérable en 1983, « Cargo ».
Axel Bauer est notamment connu pour son premier tube au succès
considérable en 1983, « Cargo ». | Ouest France

Ouest France

Trois questions à… Axel Bauer, chanteur et guitariste.

Qu’interpréterez-vous sur scène lors de votre tournée d’été qui passe par Arzon, jeudi soir ?

Je suis dans une tournée au long cours, avec seulement une ou deux dates par mois. J’aime cette idée de me balader tranquillement un peu partout en France. Étant en phase de création, ce contact avec le public nourrit aussi mon travail. Comme lors de chacun de mes concerts, je vais interpréter un mix entre des titres récents et des anciens revisités. Il y aura des morceaux de mon dernier album Peau de serpent, mais aussi des reprises de rock et de blues. Je jouerai aussi certaines chansons issues de mes premiers albums des années 80. J’essaie de faire des spectacles uniques à chaque fois.

Vous avez commencé votre carrière il y a plus de trente ans. Qu’est ce qui a changé depuis le début ?

Je suis toujours le même artiste, mais j’ai appris à me débarrasser de tout ce qui traîne. On peut considérer Peau de serpent comme un album de la transformation, pas toujours joyeux, mais pas non plus complètement sombre. J’ai toujours cette passion pour la musique qui reste intacte, et je crois même qu’elle se développe encore aujourd’hui.

Qu’est-ce qui inspire encore le chanteur de Cargo de nuit ou bien de Éteins la lumière ?

C’est marrant, c’est un peu comme dans la vie, ça fonctionne par cycles. On peut être dans une ambiance musicale pendant des années, et puis après, ça change. Ma musique a changé, elle est en train de revenir au début. Je suis revenu à un travail sur la musique que j’avais un peu laissé de côté, notamment le jazz.Je suis toujours aussi passionné de musique. Il y a beaucoup de chanteurs qui sont uniquement des interprètes. Moi, je suis compositeur, mais aussi auteur et musicien. C’est comme si j’avais plusieurs disciplines. Quand je m’ennuie à jouer de la guitare, je me mets à écrire. Cela me demande aussi beaucoup plus de travail.

Jeudi 20 juillet, à 21 h 30, au parking de la Grande plage, à Port-Navalo, dans le cadre du festival Les Arzonnaises. Gratuit.

Posté par portnavalo1 à 11:46 - EVENEMENTS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commerces

 Le Tour de France à la voile profite aux commerces

Frédéric Gloaguen, gérant de l’hôtel Le Crouesty, Antoine Ledru, coresponsable d’un snack, et Bruno Soret, patron du restaurant La Marina.
Frédéric Gloaguen, gérant de l’hôtel Le Crouesty, Antoine Ledru,
coresponsable d’un snack, et Bruno Soret, patron du restaurant La Marina.

Julien DA SOIS

Les restaurants, hôtels et campings du port du Crouesty, ont fait le plein ce week-end. Une affluence qui s’explique par le tour de France à la voile, mais aussi par le 14 juillet.

Plus de clients qu’en 2016 pour certains

Certains commerçants, ont vu leur clientèle croître par rapport à l’an dernier. « J’ai l’impression d’avoir eu plus de clients qu’en 2016. La preuve, alors qu’habituellement le dimanche du week-end du 14 juillet, nous travaillons seulement le soir, nous avons cette année travaillé toute la journée », justifie Antoine Ledru, co-responsable d’un snack sur le port du Crouesty.

Au camping Le Tindio, les chiffres confortent cette impression. « Lors du week-end du 14 juillet 2016, nous avions au taux d’occupation de 30,2 %, contre 41 % cette année »,assure l’une des hôtesses d’accueil en regardant dans son logiciel. Des clients supplémentaires, mais qui ne consomment pas forcément beaucoup. « Nous avons eu quasiment deux fois plus de clients que l’an dernier à la même époque, mais seulement 300 € de chiffre d’affaires de plus », note une vendeuse de la boutique Via Maris.

Des animations bénéfiques

Tous s’accordent tout de même à dire que le Tour de France à la voile a été un événement bénéfique pour l’image de la station balnéaire.

« Plus il y a d’animations dans la ville, et plus cela donne envie aux gens de venir », juge le gérant de l’hôtel Le Crouesty. « Même s’il n’a pas eu d’effet à court terme sur mon chiffre d’affaires, ce type d’événements sera favorable à long terme », abonde le gérant du restaurant La Marina.

Pas satisfaisant pour tous

Dommage que l’étape du Tour de France à la voile à Arzon soit tombée le même week-end que le 14 Juillet. C’est ce que se disent certains commerçants et hôteliers du port du Crouesty.

« Nous n’avons pas eu beaucoup plus de clients que l’an dernier à la même époque, regrette Bruno Soret, patron du café-restaurant La Marina. Nous avons refusé du monde, mais nous aurions été complets même sans le Tour de France à la voile. » Un avis partagé par Frédéric Gloaguen, gérant de l’hôtel Le Crouesty : « Nous sommes de toute façon toujours complets le week-end du 14 juillet, donc le Tour de France à la voile ne nous a pas apporté de clients supplémentaires. »

Le profil de la clientèle était cependant différent. « Nous avons eu davantage de gens venant d’un peu plus loin et recherchant l’ambiance Tour de France. Et puis, beaucoup plus de familles », souligne Bruno Soret. « Notamment des familles d’équipages participant au Tour de France à la voile », précise Frédéric Gloaguen.

Prochaine grande échéance pour les commerçants et hôteliers d’Arzon, le week-end du 15 août, avec notamment un concert et un feu d’artifice de prévus à Port-Navalo.

Posté par portnavalo1 à 11:20 - EXPOSITIONS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 juillet 2017

Iles du Golfe

Boëde. L'île agricole redevenue sauvage

 Publié le 17 juillet 2017 à 00h00

 

À la pointe entre Cadouarn et Gorneveze, le gué est le seul passage sûr vers Boëde. On le repère à son empierrement.

À la pointe entre Cadouarn et Gorneveze, le gué est le seul passage sûr vers Boëde.

On le repère à son empierrement.

La légende dit qu'il y aurait autant d'îles et d'îlots dans le golfe du Morbihan que de jours dans l'année... Des lieux qu'on ne peut souvent voir que de loin. Mais chaque lundi de l'été, nous vous dévoilons une île accessible à tous. Première escale à Boëde.

Boëde ou Boëd ? Avant même de mettre les pieds sur cette île de la commune de Séné au Nord-Est du golfe, elle interroge... Mais ce qui pose le plus question, c'est par où y accéder ! À marée basse, du village de Gorneveze à celui du Badel, une immense vasière barre l'accès.

Suivre les cailloux

« Autrefois, il y avait un passage pour les charrettes, en bas de Cadouarn », explique Luc Brulais, passionné d'histoire locale. Il est vrai que l'île était travaillée par plusieurs paysans qui devaient ramener leur récolte de blé ou de choux sur le continent. Les fermiers sinagots passaient aussi dans l'autre sens pour aller au puits communal, réputé toujours en eau.

Le dernier agriculteur est parti en 1954. Depuis la végétation a envahi l'île, faisant quasiment disparaître le puits et sa belle auge, et la vase a recouvert le passage. Seul reste aujourd'hui le gué des piétons.

Au bout de la rue de Cadouarn, il faut suivre le sentier côtier vers Moustérian. Quand on atteint l'étang, une ancienne saline, on descend sur la grève. Là, sur la gauche, on découvre une bande empierrée que jalonnent de grosses buses. « Il faut suivre les cailloux ! », conseille Luc Brulais. Et surtout ne pas s'en écarter : la vase alentour est particulièrement molle. L'historien a retrouvé trace de noyades aux XVIIIe et XIXe siècles.

Le gué passe entre les zoostères, ces herbiers dont sont friantes les oies bernaches. Et voilà la côte de l'île. Boëde ou Boëd, selon qu'on parle français ou breton, précise le panneau qui rappelle les règles à suivre dans ce milieu sensible : pas de camping, ni feu, ni cueillette, ni déchets. Et surtout : rester sur les sentiers.

Mégalithes et tour carrée

L'île se mérite. Pour en avoir un bel aperçu, il faut compter au moins une heure et demie. Prendre le chemin vers l'Est permet d'en atteindre le point culminant. Dans la lande, on devine les restes d'un monument mégalithique. La société savante de Vannes, la polymathique, a d'ailleurs mené des fouilles ici au XIXe siècle. Une hache polie de Boëde est ainsi au musée d'histoire et d'archéologie de Château-Gaillard. L'endroit offre également un magnifique point de vue sur l'île, sur le littoral de Séné, l'île de Lern et le Nord de l'île d'Arz. Un peu à droite en contrebas, une belle plage s'ouvre, dominée par une tour. « C'est la tour du Ténéro », explique Luc Brulais. « Il y a d'abord eu une cabane pour le gardien des parcs à huîtres, puis cette tour a été édifiée en 1899. » Au début du XXe siècle, toute une famille et ses trois enfants vivaient là. Les grandes marées les isolaient sur leur rocher, où le cochon trouvait alors aussi refuge.

En s'aventurant dans les chemins creux, souvent bordés de murets de pierre, on découvre la plus ancienne bâtisse de Boëde, la métairie. Deux autres fermes seront ensuite construites. Et l'île a même abrité une chapelle. Il n'en reste qu'une statue de Saint-Vidal à l'église du bourg. « On venait à la chapelle en procession pour demander des nouvelles des marins absents », raconte Luc Brulais. C'est aussi à Boëde qu'étaient carénés nombre de sinagots, aujourd'hui bateaux du patrimoine. Sur l'île, dans une anse au nord-ouest, il n'y a que quelques épaves investies par les salicornes. En quelques décennies, Boëd(e) s'est donné un charme sauvage.

Le passage de Boëde est accessible trois heures avant et après la basse mer (horaires du port d'Arradon). Prévoir bottes et pantalon.


© Le Télégramme

Posté par portnavalo1 à 11:14 - ENVIRONNEMENT - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :