Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

25 mars 2017

Nouvel élan pour les Grandes régates de Port-Navalo

Les Grandes Régates diffusées sur écran géant

L'Indomptable (ici, lors des Grandes Régates de Port-Navalo de 2016) sera, cette année, invité d'honneur.
L'Indomptable (ici, lors des Grandes Régates de Port-Navalo de 2016)
sera, cette année, invité d'honneur. | 

 

Une société spécialisée dans la vidéo par drone retransmettra en direct la course, visible depuis la grande plage de Port-Navalo. D'autres caméras seront installées sur les embarcations.

Ce lundi soir, l'association des Grandes Régates de Port-Navalo avait convié les acteurs soutenant l'organisation de l'événement, qui se déroulera du 22 au 23 juillet. Sylvie Madeline, la nouvelle présidente, a souligné l'antériorité de cette manifestation qui a débuté il y a plus de 120 ans.

 

En 2012, le titre d'invité d'honneur est créé, afin de mettre en lumière un bateau remarquable, choisi parmi les participants. Une pratique qui perdure encore aujourd'hui : cette année, ce sera l'Indomptable, un sloop coquiller de la rade de Brest, construit en 1947.

Le samedi 22 juillet, un prologue

L'association a souhaité un après-midi spécial pour la voile légère. Leur but ? Faire concourir tous les clubs d'alentour (Fogeo, Rohu, Penvins...) mais aussi le club de Locmariaquer, avec le plus possible de dériveurs des années 60 à 70.

Un trophée voile légère est prévu, avec un premier prix pour le club, un pour le meilleur concurrent et un pour le plus jeune. « Il faut motiver les marins autour de vous et retrouver cet esprit régate », lance Sylvie Madeline.

Le dimanche 23 juillet, la régate

L'association souhaite relancer également les régates du dimanche. L'année passée, 30 bateaux avaient régaté et cette année, elle en espère au moins 60. « La fête à terre fonctionne bien. La grande parade, commentée remarquablement par Yannick Montigné, aussi. Mais pour des Grandes Régates, il faut des régatiers » explique Sylvie Madeline.

Pour relancer l'intérêt du public à suivre ces régates, la technologie actuelle est la bienvenue. Il a été demandé à un spécialiste drone, Auteurs de Vues, de filmer et de retransmettre les régates en direct. Un écran géant sera installé sur la grande plage de Port-Navalo et des commentateurs sportifs seront là.

Un DVD de la course par régatier

Le drone survolera la course et d'autres caméras seront sur les bateaux. Grande nouveauté qui devrait attirer encore plus de monde : chaque régatier recevra un DVD des régates. Catherine Leclerc, représentante du maire Roland Tabart, a rapporté l'intérêt de ce dernier à cette manifestation historique et incontournable de Port-Navalo et l'importance de sa pérennisation.

« Sur le parking, un stand sera mis à disposition de la SNSM, fidèle, qui fête ses 50 ans cette année et nous proposerons aux différentes écoles de voile de faire parler d'eux », précise Sylvie Madeline.

Le reste des animations

Il y aura des animations musicales du côté de la Criée, avec notamment le Bagad Sonnerien de Lann Bihoué, les Gars d'la cale et la troupe des Vieilles Voiles de Rhuys. Avec le concours des Amis de Port-Navalo, aura lieu une initiation à la godille et aux jeux traditionnels bretons et une régate de plate à la godille. Le club subaquatique de Rhuys proposera une exposition sur les fonds marins.

Entre les régates, un peu de littérature. Catherine Poulain viendra dédicacer son premier livre, déjà récompensé : Le grand marin.

Dans les nouveautés, également un concours de photographies amateur de bateaux avant 1870, puis de 1980 à nos jours. Les dix meilleures photos seront reproduites sur bâches et exposées pour les Vieilles voiles, côté Criée, et pour les régates côté grande Plage.

La soirée de clôture commencera avec à 19 h du jazz-blue et le groupe Chiken Blue, suivi à 21 h d'un bal animé par Vent d'Ouest et vers 23 h le traditionnel feu d'artifice.

www.grandesregatesdeportnavalo.fr

Posté par portnavalo1 à 18:04 - EVENEMENTS - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2017

Vide Greniers de Port Navalo

"Vide Greniers de Port Navalo"

DSC_6411

Information

Le Vide greniers de Port Navalo aura lieu le dimanche 09 juillet 2017
Vous recevrez prochainement des informations à ce sujet ainsi que les conditions de participation, par l'intermédiaire du blog et la parution du flyer "Vide Greniers de Port Navalo"

MERCI de votre fidélité
A bientôt sur la rade

Posté par Jlpel2 à 11:53 - EVENEMENTS - Permalien [#]

21 mars 2017

Epreuve nautique

Arzon. Le Tour du Morbihan risque de disparaître

Le Tour du Morbihan (ici, en 2015) risque d’être annulé dès 2018, faute d’inscriptions suffisantes depuis 2016. Le Yacht-club espère que le nombre d’inscrits augmentera d’ici-là.
Le Tour du Morbihan (ici, en 2015)

Ouest-France

La course, qui se déroule du 9 au 13 juillet, n’enregistre pas assez d’inscriptions depuis deux ans. Si le cap des 40 bateaux n’est pas atteint cette année, l’événement ne sera plus organisé.

Lors de l’assemblée générale du samedi 18 mars, le Yacht-club Crouesty Arzon a évoqué le programme de 2017.

L’année s’annonce encore plus riche qu’en 2016, avec 37 manifestations dont une grande, la course de l’Edhec, qui démarre à la fin du mois.

Au moins 40 bateaux

Cependant, il a été souligné que le Tour du Morbihan, qui se déroulera du 9 au 13 juillet, risque de disparaître dès l’année prochaine, faute d’inscriptions suffisantes.

Lors de l’édition 2016, seuls 23 bateaux étaient présents. Il en faut au moins 40 pour équilibrer les dépenses liées à l’organisation. Si les inscriptions sont insuffisantes cette année encore, la course ne sera plus organisée par le club pour 2018.

Par ailleurs, Michel Dubois, le président du Yacht-club Crouesty Arzon, a rappelé qu’en 2016, l’YCCA a proposé 33 manifestations représentant 63 jours de navigation. Marc Eymond, vice-président, a aussi souligné la réussite du club, qui est le 1er club breton en habitables en 2016, sur 118 clubs de classes, avec 6 coureurs retenus par club.

Inscriptions au Tour du Morbihan sur www.ycca.fr.

Posté par portnavalo1 à 16:16 - EVENEMENTS - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2017

Nautisme responsable

Énergies renouvelables. Naviwatt innove pour un nautisme responsable

Bérenger Laurent et Yannick Wileveau, de Naviwatt, devant un zéphyr tout équipé.
Bérenger Laurent et Yannick Wileveau, de Naviwatt, devant un zéphyr
tout équipé. | Ouest-France

Ouest-France

D’un bateau classique qu’on leur apporte, le chantier Naviwatt en fait un électrique. L’entreprise installée à Arzon installe aussi de panneaux solaires, des éoliennes et des hydrogénérateurs. Pour faire face à la demande, notamment internationale, Naviwatt recrute.

En 2008, Yannick Wileveau commence à créer le premier zéphyr de 5,30 m à propulsion électrique hors bord et énergies renouvelables. Naviwatt voyait le jour.

En 2009, l’entrepreneur expose le premier bateau électrique au Salon nautique de Paris« On me prenait pour un Géo trouvetou avec mon bateau à la ligne futuriste. Après la surprise, les remarques étaient plutôt encourageantes et les gens réceptifs », souligne Yannick.

Un an plus tard, il livre son premier bateau. L’idée, à la base, était de créer un bateau facile d’utilisation pour les personnes naviguant dans le Golfe. « À un certain âge, la navigation devient compliquée, je voulais que les marins puissent continuer à le faire sans effort et en silence, à 7 sept nœuds, la même vitesse qu’un voilier », souligne-t-il.

Lire aussi : Naviwatt sur la voie de la navigation propre

 

"Amasia", équipé par Naviwatt, a pris la mer pour 2 ans avec à son bord 4 jeunes. Ils traverseront le globe en s’appuyant sur l’énergie du soleil, la force du vent et la force de l’eau.
"Amasia", équipé par Naviwatt, a pris la mer pour 2 ans avec à son bord
4 jeunes. Ils traverseront le globe en s’appuyant sur l’énergie du soleil,
la force du vent et la force de l’eau. | Ouest-France

Hydrogénérateur et énergies renouvelables

L’année 2011 est difficile. La concurrence arrive et il faut se battre. Yannick Wileveau décide de se diversifier en développant un hydrogénérateur : même principe que l’éolienne mais dans l’eau.

En 2013, un premier voilier part faire le tour de l’Atlantique, tout équipé puis ce sera au tour d’Eco Sailling Project. Le nom du bateau : Amasia. Bérenger Laurent, ingénieur en génie civil et spécialisé dans les énergies renouvelables, est à bord.

« Nous avons beaucoup travaillé ensemble à leur retour », souligne le gérant de Naviwatt. Bérenger devient, depuis le début de l’année, salarié pour développer le concept, avec même un projet d’association à venir. Fort de sa pratique, il prend le côté commercial, s’appuyant pour expliquer le principe, sur sa propre expérience sur Amasia.

Naviwatt s’occupe de toute l’installation physique. On pourrait dire que leur métier est celui d’intégrateur. D’un bateau classique qu’on leur apporte, ils en font un électrique. Ils passent du temps tous les deux avec les propriétaires, analysent leurs besoins. Il faut compter de 8 000 € à 30 000 € voir plus, suivant les projets et la taille du voilier.

Lire aussi : Des énergies renouvelables de plus en plus énergiques

 

Le Zéphyr sur l’eau, premier bateau de Naviwatt.
Le Zéphyr sur l’eau, premier bateau de Naviwatt. | Ouest-France

 

Recherche d’un électricien

Ils travaillent avec des fournisseurs à la pointe de la technologie et de l’innovation. Une fois que l’investissement dans les batteries est fait, plus de frais d’entretien, ni de carburant. « Dans nos projets futurs, on espère gagner en vitesse pour équiper des Zodiac. Pour l’instant le Parc naturel régional et les navettes du Golfe sont demandeurs », précise Bérenger Laurent.

« Je cherche dès à présent un électricien qui a une expérience dans le nautisme », annonce Yannick Wileveau. De 2008 à 2017, ils passeront donc de un à trois employés, se donnant les moyens d’une belle progression. Yannick se déplace régulièrement vers le Maroc ou Hong Kong où il y a déjà des demandes.

L’entreprise souhaite s’ouvrir vers l’étranger. Leur objectif : équiper une vingtaine de bateaux par an. Leur réactivité est grande puisqu’en un mois ils peuvent équiper un bateau complètement, sauf complexité.

Le sur-mesure fait leur force. « Nos clients sont conscients des problèmes environnementaux et en plus de vouloir une propulsion électrique, ils veulent récupérer de l’énergie renouvelable. Une autre facette de notre activité, c’est également de leur proposer l’installation de panneaux solaires, éoliennes et hydrogénérateur », précise Bérenger.

Ils intègrent leur nouveau local, aux Voilerieuses, zone du Rédo au 1er mars et espèrent, d’ici la fin de l’année, avoir un de leur bateau à quai au Port du Crouesty pour leurs essais. Une entreprise locale à l’écoute de la planète, des marins et à la pointe de l’innovation pour un nautisme responsable jette l’ancre à Arzon.

Renseignements : 07 78 35 28 26, contact@naviwatt.fr

 

Le soleil, le vent, la force de l’eau serviront à "Amasia" qui naviguera sans émission nocive dans le plus grand respect de l’environnement.

Posté par portnavalo1 à 14:41 - ENVIRONNEMENT - Permalien [#]
Tags :

17 mars 2017

ASPA / expostion

Une exposition sur les puits et fontaines

Myriam Le Moigne (à droite) est infatigable lorsqu'il s'agit d'expliquer l'architecture bretonne et l'histoire de sa commune.
Myriam Le Moigne (à droite) est infatigable lorsqu'il s'agit d'expliquer
l'architecture bretonne et l'histoire de sa commune.  | 

Passionnée d'histoire et d'architecture bretonne, Myriam Le Moigne a parcouru les chemins de la commune à la recherche des puits et fontaines. Une exposition sur le sujet a été inaugurée.

« L'eau, c'est la vie du village et l'endroit où toutes les femmes se retrouvent », commence Myriam Le Moigne, Arzonnaise, lors de l'inauguration de l'exposition sur les fontaines à la Criée de Port-Navalo, vendredi, à 18 h.

Passionnée d'histoire et d'architecture bretonne, elle a parcouru les chemins de la commune à la recherche des puits et fontaines puis a proposé son travail à l'Association de sauvegarde du patrimoine arzonnais (Aspa).

Laurent Labeyrie, président de l'Association de sauvegarde du patrimoine arzonnais, a félicité ce travail et rappelé que l'eau potable n'est arrivé à Kerners qu'en 1957.

Cette exposition montre des photos anciennes et récentes, des rénovations de puits et fontaines de la commune, tous visibles de la rue. « Il y a plus de 20 fontaines sur Arzon et 41 puits visibles de la rue et en général privé. Il y a 5 puits détruits dont on a retrouvé la trace grâce aux photos de l'époque », souligne Myriam.

Elle est intarissable sur l'architecture de ces fontaines, leurs origines, leurs histoires. « Celle de Kerners était une fontaine de dévotion et celle de Port-Navalo a été reconstruite après la révolution ».

Une commission fontaine

Didier Berna, adjoint, a annoncé qu'une commission fontaine était mise en place entre les personnes de l'Aspa et quatre élus. « On va commencer par la fontaine de Kervégan qui est envahie par les mauvaises herbes, annonce-t-il. On aimerait en restaurer une à deux par an, tout dépend de l'ampleur du travail à faire dessus ».

La fontaine de Pouleno, qui a la particularité d'avoir une niche sur le côté, sera à son tour restaurée ou reconstruite. Les bénévoles sont les bienvenus pour l'entretien et l'embellissement de ces fontaines. L'élu a également annoncé la mise en place prochaine d'un groupe de travail sur les bunkers.

Randonnées

Laurent Labeyrie a rappelé que l'Aspa était ouverte à toute proposition d'exposition sur le patrimoine et preneur d'information sur les puits privés. Celle des fontaines et puits sera ouverte jusqu'aux journées du patrimoine en septembre, avec un retrait lors de la semaine du Golfe pour une belle surprise.

Myriam, inépuisable, compte partager ses découvertes en organisant des randonnées. «J'attends juste que les chemins soient bien secs », précise-t-elle.

Renseignements : Aspa, salle sur le côté de la Criée, du mercredi au samedi, de 14 h à 18 h.

Posté par portnavalo1 à 16:32 - EXPOSITIONS - Permalien [#]
Tags :

14 mars 2017

règlement de copropriété

Des riverains condamnés à démolir leur garage

Justice

Qu'il soit récent ou ancien, le cahier des charges du lotissement s'impose entre habitants, a rappelé la Cour de cassation, jeudi. Et a maintenu que des habitants du lotissement de la Pointe, à Port-Navalo, devraient démolir leurs clôtures et leur garage qui ne le respectaient pas.

Règles caduques

Patrick et Martine Jeandot reprochaient à leurs voisins, André et Nicole Roussard, d'avoir construit un bâtiment en violation des interdictions du cahier des charges. Ce bâtiment annexe est construit en limite séparative des lots alors qu'il n'était autorisé qu'en limite séparative de fond de lot. De plus, le cahier des charges interdisait les clôtures en panneaux de bois pleins de plus d'1,5 m de haut, posées par leurs voisins. Seules sont autorisées des clôtures en grillage avec piquets de moins d'1,5 m.

Le tribunal de grande instance de Vannes a ordonné la démolition de ces constructions, en octobre 2012, sous astreinte de 100 € par jour. Et la cour d'appel a confirmé cette décision en novembre 2015.

À tort, soutenait la famille Roussard. Ces règles sont devenues caduques lorsqu'a été adopté le plan local d'urbanisme de 1976. De plus, il faut y avoir personnellement consenti pour se voir imposer un règlement.

La Cour de cassation a tranché : le cahier des charges est un contrat liant les propriétaires du lotissement, sans rapport avec les règles d'urbanisme. Il s'impose aux nouveaux arrivants, dès lors qu'il est mentionné dans l'acte notarié, lors de l'achat d'une parcelle.

Les constructions contestées doivent donc être démolies, mais l'astreinte de 100 € par jour ne pouvait pas être imposée tant que la décision n'était pas définitive. La cour d'appel devra revoir sa décision sur la question de l'astreinte.

Posté par portnavalo1 à 11:49 - INFORMATIONS - Permalien [#]
Tags :

06 mars 2017

Fabrice

Le boucher primé au Salon de l'agriculture

Fabrice Le Dréan et son épouse sont allés au Salon de l'agriculture à Paris pour recevoir le Blason d'or boeuf.
Fabrice Le Dréan et son épouse sont allés au Salon de l'agriculture
à Paris pour recevoir le Blason d'or boeuf. | 

 Les gens d'ici

Fabrice Dréan, artisan boucher-charcutier d'Arzon, est un habitué des prix. Prenant à coeur son métier, il n'a de cesse de prôner la qualité et connaît toute sa clientèle.

Accompagné par Carole, son épouse, il est allé au Salon de l'agriculture, lundi, pour recevoir le Blason d'or.

La société Kervadec à Auray, comme chaque distributeur présente un de ses clients artisans. Elle a choisi Fabrice, qui a reçu le Blason d'or boeuf devant une quinzaine de candidats. « Si nous transformons une bonne viande c'est qu'avant tout il y a eu un bon agriculteur en amont qui a respecté ses bêtes. C'est la filière tout entière qui est récompensée : le producteur, le distributeur et le boucher. »

Il a fait le choix d'un distributeur à taille humaine où l'ambiance est familiale. « Les bêtes viennent essentiellement du Morbihan. »

Pour être nominé, il faut une ancienneté de trois ans, promouvoir la viande Label Rouge et en respecter la charte. « Fabrice fait des animations, a beaucoup évolué dans son volume et détaille 20 tonnes par an de boeuf. Nous travaillons toujours dans une démarche de qualité et de réactivité avec lui », souligne Mathieu Le Goff, de la Société Kervadec.

Posté par portnavalo1 à 18:28 - INFORMATIONS - Permalien [#]
Tags :

04 mars 2017

Conseil Municipal

La cale de Port-Navalo devra être réhabilitée

Fissures, affaissements et infiltrations ont été constatés sur le môle Fernand- Calage, la cale de Port-Navalo.
Fissures, affaissements et infiltrations ont été constatés sur le môle
Fernand- Calage, la cale de Port-Navalo. | 

 

L'équipement va subir de lourds travaux. La facture pourrait atteindre un million d'euros. Un investissement conséquent pour la commune qui a voté son budget dans une ambiance tendue.

Le maire Roland Tabart a ouvert lundi soir le conseil municipal, en apportant quelques précisions sur le contexte budgétaire.

« Une étude prospective financière à cinq ans, effectuée par un expert national des finances prospectives publiques, a été présentée en décembre 2015. Il fallait anticiper l'impact des baisses des dotations de l'État, les augmentations des différentes contributions et la gestion de la capacité de surendettement tout en anticipant les imprévus », a-t-il déclaré.

Hausse des taux à 1 %

Le maire a annoncé, qu'après échanges lors des commissions finances et conseil à huis clos du 31 janvier, il a été acté de passer à 1 % la hausse de la pression fiscale pour 2017, et non pas 2 % comme prévu. Il a été également décidé de maintenir les investissements à 2,5 millions d'euros.

« Reste à investir au mieux pour la commune. De lourdes décisions nous attendent sur le cinéma, sur la Maison du port et aussi sur la cale de Port-Navalo », a-t-il expliqué, tout en n'oubliant pas les réserves foncières.

Vote houleux du budget

« Je trouve scandaleux qu'on ne nous annonce rien avant. On vote sans savoir pourquoi. Nous avons eu une année exceptionnelle et c'est un très mauvais signal électoral que cette hausse », a réagi Martine Armange, conseillère municipale. « Il ne faut pas relever que les recettes, il faut également regarder les dépenses et les imprévus », a répliqué Christine Adolphe, adjointe au développement durable, à l'urbanisme et aux transports, en évoquant le diagnostic onéreux de la cale de Port-Navalo.

Le budget investissement de la commune s'élève à 5,3 millions d'euros, dont 2,5 millions d'investissements nouveaux. Parmi eux, la finition de la résidence Ar Vervent qui coûtera 180 000 €, 340 000 € pour la mise en conformité pour l'accessibilité dans la commune, 280 000 € pour la voirie, 230 000 € pour les réseaux souples, 140 000 € pour les réseaux d'eaux pluviales et 280 000 € pour l'acquisition foncière dont le cimetière.

Cimetière à l'étroit

« On nous propose 15 ha et nous devons agrandir le cimetière avant 5 ans », précise le maire. Le budget de fonctionnement, lui, est de 7 950 000 € dont une grosse partie (3, 4 millions d'euros) incombe aux charges de personnel, et une autre aux charges financières d'emprunt (300 000 €). Dans une ambiance tendue, le budget a été adopté par 13 voix pour et 6 contre.

Le montant global de 9 430 € sera alloué à dix-neuf associations, au titre de subventions pour l'année 2017. Le bordereau a été adopté par 21 voix pour et 6 abstentions.

Cale en mauvais état

« Nous sommes dans un inventaire du patrimoine et la cale de Port-Navalo en fait partie. Nous venons de constater qu'elle était en très mauvais état. Si les travaux ne sont pas réalisés cela va être catastrophique », souligne Claude Bourin, adjoint à l'aménagement, gestion et sécurité du territoire. C'est une facture de 700 000 à un million d'euros, un investissement lourd pour la commune.

Philippe Sabatier, conseiller, a demandé à ce que soit renégocié ce coût avec le département puisqu'il était de sa compétence. « La commune est concessionnaire et le financement des travaux lui incombe », précise Claude Bourin. « On va faire des groupes de travail et aucune décision ne sera prise tant qu'on ne saura pas qui du département ou de la commune, devra payer », précise le maire.

Posté par portnavalo1 à 19:38 - INFORMATIONS - Permalien [#]
Tags :