De l'eau potable, mais à quel prix ? - Arzon Ouest-France

va66_3403308_2_px_470_

La station d'épuration d'Arzon nécessitera des travaux à l'avenir.

.Le rapport 2012 du SIAEP de la Presqu'île de Rhuys concernant l'eau potable et l'assainissement a été présenté au dernier conseil municipal du 14 octobre.Un résumé proposé par Laurent Labeyrie, adjoint au maire, fait apparaître les constats suivants : la totalité de l'eau distribuée est importée à partir de 4 ressources, les stations de Tregat, de Cran, de Ferel et de Noyalo.

La consommation diminue d'années en années alors que le nombre d'abonnés augmente, soit 32 935 abonnés en 2012, ce qui correspond à une augmentation de 2,66 %. Cela suppose une consommation d'eau à partir de puits avec pour conséquence le non paiement de la taxe d'assainissement des eaux usées correspondantes.

Un manque à gagner pour la SAUR qui assure l'exploitation et est à ce titre responsable des réseaux, donc de leur entretien.

Le problème de l'hiver

Outre la vétusté des réseaux, la population évolue en fonction des saisons et le réseau doit fournir de l'eau à 35 000 personnes alors que la consommation régulière n'en concerne que 15 000, si bien qu'en hiver, l'eau est de moins bonne qualité car il n'y a pas assez de flux au regard de l'importance du réseau (941 km).

Mauvais branchement

Concernant l'assainissement, on note également des erreurs dans les raccordements de certaines maisons qui sont branchées sur les eaux pluviales avec un risque de pollution au niveau des plages, par exemple.Des contrôles sont donc effectués pour régler ces problèmes.

La station d'épuration d'Arzon est vieillissante et des travaux sont à prévoir à l'avenir et d'ores et déjà le SIAEP se préoccupe de leur financement.

Cela participe du coût de l'eau en local, la facture comporte l'abonnement auquel s'ajoute la consommation d'eau potable (variable selon le nombre de m3 utilisés) et celle d'assainissement qui est proportionnelle et dont la hausse est de 2,5 % par an.