Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

18 janvier 2015

Schéma de Mise en Valeur de la Mer

Golfe du Morbihan. Les futurs enjeux se préparent
6 janvier 2015 à 10h38 / Gabriel Simon /

philippe-charreton-directeur-de-la-ddtm-du-morbihan-le_2205257

Philippe Charreton, directeur de la DDTM du Morbihan. 
Le SMVM du golfe est comme l'évier d'un bassin-versant de 800 km².
Comment, dans le golfe du Morbihan, concilier préservation de l'environnement, économie, pratique des loisirs, cultures marines et, peut-être, futures activités liées à la transition énergétique ? C'est le nouvel enjeu du second Schéma de mise en valeur de la mer, qui devrait entrer en action en 2016, avant une fusion par la suite avec le Parc naturel régional.
Le Schéma de mise en valeur de la mer (SMVM) a été approuvé en février 2006. Ce document de planification sur le domaine maritime du golfe du Morbihan arrive à échéance en 2016 : il était prévu pour dix ans. L'État souhaite le renouveler pour une nouvelle décennie jusqu'en 2026. La fusion pourra alors s'opérer avec le Parc naturel régional du golfe dont la charte de douze années arrivera cette année-là à son terme avant renouvellement. Le Parc n'a pas actuellement compétence sur la mer. Il aurait fallu pour cela procéder à une révision de la charte. De nouveaux retards n'étaient pas envisageables dans un dossier qui a mis quinze ans à aboutir.
État des lieux
Peu d'espaces maritimes ont mis en place des SMVM en France. La préfecture, qui est maître du jeu, considère que c'est celui du golfe qui donne les meilleurs résultats. Au moment de son élaboration, il n'existait aucune instance de régulation entre impératifs de protection du milieu et pratique de nombreuses activités. Il a d'abord servi d'instrument de concertation entre les acteurs : professionnels (pêcheurs, conchyliculteurs), défenseurs de l'environnement, plaisanciers, collectivités. « Nous avons pu mettre autour de la table des gens qui auraient pu s'affronter. Chacun a pris conscience des contraintes de l'autre et l'État a joué en toute neutralité un rôle de médiateur », souligne Philippe Charreton, directeur de la DDTM (Direction des territoires et de la mer) du Morbihan. Le SMVM a permis aussi de faire un état des lieux du patrimoine biologique, paysager, des différents usages dans le golfe et de fixer les points d'équilibre entre développement et préservation. Ainsi, le nombre de places de mouillages à été stabilisé à 7.000, hors plat, et cette contrainte est maintenant acceptée. Pour la conchyliculture, l'objectif était également de stabiliser les surfaces exploitées. La production se situe actuellement, selon la DDTM, en dessous des 1.650 hectares de concession. Un effort était demandé pour baliser les chantiers.
Tout accueillir ?
« Les dossiers ont avancé à des vitesses différentes », indique Philippe Charreton. C'est le cas de la qualité des eaux qui n'a pas connu les résultats escomptés. Des améliorations ont été apportées aux stations d'épuration et le projet de raccordement de l'Ile-aux-Moines avec Baden est en route, mais des assainissements montrent encore des défaillances. Le prochain SMVM devra prendre en compte des sujets qui n'existaient pas en 2006. Des activités nautiques étaient peu développées à l'époque (kite surf, ski nautique, paddle). La question est de savoir si le golfe peut tout accueillir dans un contexte où les bateaux à moteur sont de plus en plus nombreux avec risques de pollution accrus et d'érosion des berges.
Un port à sec
« Les énergies renouvelables ne faisaient pas partie non plus des préoccupations du Schéma de 2006. On parle aujourd'hui d'hydroliennes. Pourquoi pas ? Est-ce que c'est compatible avec d'autres activités ? », demande Philippe Charreton. Un port à sec de 200 places prévu dans l'actuel SMVM est toujours d'actualité. Pour l'instant le projet de la Compagnie des ports du Morbihan, en discussions avec la mairie de Baden, n'est pas déposé. Il faudra aussi régler la question des aires de carénage et des toilettes des bateaux de croisière.
Pas de tabou
Autre point évoqué : le dragage des chenaux dans les secteurs ostréicoles. Impossible actuellement alors que les ostréiculteurs ont besoin de sable. Ces prélèvements, cependant, ne pourront qu'être limités. La question de la pêche, notamment de loisirs, viendra, aussi, sur le tapis, même si on est là dans une réglementation nationale, à propos tout particulièrement du bar, qui se fait plus rare. Le préfet a pris un arrêté pour lancer la démarche générale. Un bureau d'étude va refaire un état des lieux et définira les actions stratégiques. Ce SMVM version 2 sera géré, dans tous les cas, en étroite liaison avec le Parc naturel et le Sage (Schéma d'aménagement des eaux) du golfe ria d'Etel qui sont sur des mêmes objectifs de qualité du milieu. « Il n'y aura aucun tabou sur les questions à se poser », souligne Philippe Charreton.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/golfe-les-futurs-enjeux-se-preparent-06-01-2015-10482826.php

Posté par portnavalo1 à 04:09 - ENVIRONNEMENT - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Schéma de Mise en Valeur de la Mer

Nouveau commentaire