<$BlogItemShareWidget$>Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

08 mai 2015

Autrefois....Port-Navalo

            Les souvenirs de Nicole Baratier, dite "Mamie Chocolat"    2ème partie

 

plage

  

La plage

 

       Autrefois la plage c’est une dune bordée d’un terre-plein herbeux qui s’abaisse en pente douce vers la mer. Quelques cabines y sont installées que la mairie loue pour dix francs. Un escalier descend jusqu’à la petite cale construite par la suite, à l’initiative vraisemblablement des pêcheurs. Le lundi matin une dizaine de sinagots descendent de Séné, pêchent toute la semaine dans le secteur et rentrent le vendredi soir. En fin de pêche ils accostent à la petite cale et vendent leur poisson dans de grands paniers d’osier posés sur leur tête. Ils circulent dans les rues du village et les gens sortent avec leur balance pour acheter le poisson.

 

 

 

Le petit train

 

       Mamie Chocolat (puisqu’elle aime ce charmant surnom) a ʺsesʺ souvenirs  du petit train, qui rappellent ceux de Pomme, mais avec quelques détails et anecdotes qui lui sont propres. Elle se souvient qu’il démarrait à Vannes en face de la gare actuelle. Il s’arrêtait à Surzur pour refaire le plein d’eau. Les voyageurs en profitaient pour descendre prendre une consommation au café sur la place arborée du village.  Dans la traversée du Net il fallait que les gens descendent  pour que le train monte la côte. Il faisait à nouveau le plein d’eau  à Labert  ( cf  les souvenirs de monsieur Duport).

 

 

train PN

 

nb: photos extraites de la revue ASPA "petit train de rhuys 1910-2010"

 

 

 Les  festivités au village

 

       Le 14 juillet et le 15 août il y avait bal à la Criée. Et tous les samedis chez madame Le Quellec dont l’établissement se tenait à côté de l’actuel  magasin Navalo.

 

En haut de la plage s’installait un manège qu’elle appelle les cacouelles.  Ce sont des sièges accrochés au toit du manège par quatre chaînes. On s’asseyait sur le siège et on était retenu également par une chaîne sur le ventre, les pieds reposant sur un marchepied. Quand on était sanglé dans la cacouelle, le  jeu  consistait à donner un coup de pied dans le siège de celui ou celle  de devant pour essayer de l’envoyer valser, ou plus simplement pour faire se soulever les jupes des bigoudènes.

 

Le 15 août à Port-Lenn se déroulait une course en sacs. Et au cœur du  village de Port-Navalo, devant la maison Boyer se dressait un  mât de cocagne.

 

Il  avait aussi une course de chevaux qui faisait le tour du village avec le  trajet  suivant : démarrage  en faisant le  tour du phare, passage aux quatre chemins, montée vers la douane, descente de la rue de la douane, passage  devant chez Couplé et chez Pédron jusqu’à Port-Lenn et retour aux quatre chemins.

 

Pendant la guerre

 

       À partir de 1940 la Gestapo est installée à  la Douane et les allemands réquisitionnent des chambres pour loger les soldats.

 

Elle se rappelle qu’elle allait au Kervert dans une ferme où elle aidait à de menus travaux, cueillette de haricots verts, confection de yaourts, un coup de main à donner pour les vaches. Elle revenait à vélo avec du beurre, des yaourts. Elle n’a jamais été arrêtée ou ennuyée par les allemands qu’elle pouvait croiser en chemin.

 

 

 

Cette fois encore nous remercions nos anciens de nous avoir accordé de leur temps pour nous dire  à nous qui avons vécu notre enfance dans le Port-Navalo des années 50/60  ʺcomment c’était avantʺ. Peut-être un jour serons-nous cesʺ anciensʺ que les enfants du 21ème siècle interrogeront pour leur conter ʺnotre Port-Navalo d’autrefoisʺ !

 

                                     Annie Loudes-Bocquet

 

       

 

Posté par janerve à 19:45 - SOUVENIRS - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Autrefois....Port-Navalo

  • Bonjour,
    Très jolis souvenirs de notre presqu'île! Merci.
    Par curiosité, j'aimerais connaître la raison de la présence de Bigoudènes à Port-Navalo?
    Y étaient-elles pour travailler? Ou pour les vacances?
    Bien cordialement.

    Posté par menguy guittonne, 25 septembre 2015 à 12:53 | | Répondre
    • Je crois pouvoir donner réponse à votre question. Au début du XXème siècle, le maire d'Arzon de l'époque a fait venir des finistériens pour travailler la terre sur la commune. En ce temps-là le costume était de mise pour les hommes et les femmes...et pas que le dimanche pour aller à la messe!
      Par ailleurs quand Madame BORIS a acheté son hôtel en 1914, elle venait aussi du Finistère et elle a fait venir avec elle des gens de sa région d'origine pour travailler dans son établissement. Elle était entourée de pas mal de femmes qui portaient le costume finistérien, même si par la suite elles ont adopté le costume et la coiffe du Morbihan, d'Arzon en l'occurrence. (Je vous renvoie aux chroniques sur l'hôtel Boris dans la rubrique "Autrefois Port-Navalo" parues l'an dernier et en 2013 sur le blog des Amis de Port-Navalo)
      J'espère avoir satisfait votre curiosité!
      Annie Loudes-Bocquet

      Posté par ALB, 28 septembre 2015 à 21:56 | | Répondre
Nouveau commentaire