Grandes régates. Du vent et du soleil à Port-Navalo

 Publié le 01 août 2016

De la plage, vue imprenable sur les vieux gréements qui se préparent à parader.

De la plage, vue imprenable sur les vieux gréements qui se préparent à parader.

Les Grandes régates de Port-Navalo ont une trouvé leur public. Depuis la terre, les estivants ont pu admirer la flotille de voiliers, à la suite du « Hope », invité d'honneur. 

13 h 30. Quelques nuages intermittents. Le vent est au rendez-vous. La foule, déjà nombreuse, patiente tranquillement. Certains, pique-niquent sur les rochers en contrebas du sentier côtier. D'autres préfèrent marcher et cueillir ça et là quelques images inoubliables. Dans quelques minutes, les régatiers vont être libérés ; puis, ce sera la parade des « anciens », le « Hope » en tête ; le caseyeur de Saint-Gilles-Croix-de-Vie est l'invité d'honneur des Grandes régates de Port-Navalo. Face à la grande plage, cornemuses et bombardes du bagad Sonerien Lann Bihoué répandent leur puissantes mélodies alentour, tandis que de leur poste d'observation, Yannick Montigné et Pascal Février commentent et « anecdotent » savamment.
Il faut bientôt se frayer un chemin jusqu'à la Criée, tant la foule est dense. Les animations à terre démarrent doucement : certains se restaurent encore... Tout l'après-midi, des bateaux récents et anciens vont se défier, ou seulement défiler à portée de regard. Parmi eux, le classe Figaro « Presqu'île de Rhuys » de Benoît Hochart.
Tous regagneront port et mouillages vers 17 h, dans un somptueux défilé. Les terriens, quant à eux découvriront des jeux traditionnels, la danse bretonne ou encore les noeuds marins.
De courses à la godille en remise des prix ; de chants de mer en fest-noz, la journée s'achèvera par un feu d'artifice précédé d'un hymne breton interprété avec recueillement par les membres de l'association des Grandes régates en hommage aux victimes des attentats.