Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

17 novembre 2016

Manifestation anti migrants

Anti-migrants. Les débordements en questions

 Publié le 16 novembre 2016 à 00h00
Modifié le 16 novembre 2016 à 13h15

Hier, au lendemain de la manifestation anti-migrants qui a dégénéré (Le Télégramme d'hier), Arzon a retrouvé son calme. Retour et analyse après cette soirée pour le moins mouvementée. 

Que s'est-il passé ?
« On fait ça pour protéger nos enfants », a lancé à plusieurs reprises un manifestant, lundi soir. Résumons, donc : pour protéger leurs enfants, certains de ces anti-migrants ont insulté gendarmes et journalistes, cassé du matériel (le portail à l'entrée du centre où sont hébergés 30 mineurs étrangers isolés et la vitre arrière d'un utilitaire de la gendarmerie) et utilisé la violence pour forcer le cordon de sécurité établi par les forces de l'ordre.

Qui étaient les manifestants ?

Ils venaient de toute la Bretagne et de Loire-Atlantique. Beaucoup appartiennent à des mouvements identitaires bretons. Ainsi, le porte-parole d'Adsav, Ronan Le Gall, avait fait le déplacement. Beaucoup font partie de ce qui a été récemment décrit comme la « Fachosphère » dans un livre (*) : ils ont leurs propres sites d'information, ultra-partisans et anti-migrants, et propagent volontiers leurs idées sur les réseaux sociaux. Des gens qui, bien souvent, s'abstiennent aux élections nationales, jugeant que Marine Le Pen est trop à gauche. « Je tiens à préciser que, sur les images, je ne vois aucune personne d'Arzon. Juste pour dire que c'est bien extérieur à la ville », a réagi hier un jeune habitant après avoir vu notre vidéo en ligne sur le site du Télégramme. Il est vrai que seule une petite poignée d'Arzonnais (huit environ) étaient venus au rassemblement devant la mairie. Entendant les slogans criés, tels que « Migrants dehors, Bretons d'abord » et anticipant la tournure des événements, la plupart sont rentrées chez eux au moment où les éléments extérieurs ont pris la direction du centre pour en découdre avec les gendarmes.

Que pensent-ils ?
Pour défendre leurs idées, ces anti-migrants ont une spécialité : utiliser les cas isolés, comme l'agression sexuelle présumée du mineur hébergé à Arzon sur une femme de 67 ans, pour en tirer des généralités sur la dangerosité de l'ensemble des migrants. Dans leur vision du monde, les journalistes « aux ordres », « collabos » et représentants de « la presse subventionnée » ont cherché à cacher cette information... Sauf que les gendarmes, les policiers et le parquet ne communiquent pratiquement jamais sur les affaires concernant des mineurs. Ce n'est donc pas le migrant qu'ils auraient éventuellement cherché à protéger en ne nous en parlant pas juste après le dépôt de plainte, mais le mineur, comme ils le font à chaque fois dans ce genre de cas. Nos lecteurs réguliers savent bien qu'une telle affaire n'aurait probablement pas fait l'objet d'un seul article dans le journal, si les anti-migrants ne s'en étaient pas emparés et ne l'avaient pas transformée en fait politique. 

 

* « La Fachosphère. Comment l'extrême droite remporte la bataille d'Internet », de Dominique Albertini et David Doucet.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/arzon/anti-migrants-les-debordements-en-questions-16-11-2016-11294588.php#DR5Vu3HCM24mz8je.99

Posté par portnavalo1 à 16:26 - INFORMATIONS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Manifestation anti migrants

Nouveau commentaire