Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

20 mars 2017

Nautisme responsable

Énergies renouvelables. Naviwatt innove pour un nautisme responsable

Bérenger Laurent et Yannick Wileveau, de Naviwatt, devant un zéphyr tout équipé.
Bérenger Laurent et Yannick Wileveau, de Naviwatt, devant un zéphyr
tout équipé. | Ouest-France

Ouest-France

D’un bateau classique qu’on leur apporte, le chantier Naviwatt en fait un électrique. L’entreprise installée à Arzon installe aussi de panneaux solaires, des éoliennes et des hydrogénérateurs. Pour faire face à la demande, notamment internationale, Naviwatt recrute.

En 2008, Yannick Wileveau commence à créer le premier zéphyr de 5,30 m à propulsion électrique hors bord et énergies renouvelables. Naviwatt voyait le jour.

En 2009, l’entrepreneur expose le premier bateau électrique au Salon nautique de Paris« On me prenait pour un Géo trouvetou avec mon bateau à la ligne futuriste. Après la surprise, les remarques étaient plutôt encourageantes et les gens réceptifs », souligne Yannick.

Un an plus tard, il livre son premier bateau. L’idée, à la base, était de créer un bateau facile d’utilisation pour les personnes naviguant dans le Golfe. « À un certain âge, la navigation devient compliquée, je voulais que les marins puissent continuer à le faire sans effort et en silence, à 7 sept nœuds, la même vitesse qu’un voilier », souligne-t-il.

Lire aussi : Naviwatt sur la voie de la navigation propre

 

"Amasia", équipé par Naviwatt, a pris la mer pour 2 ans avec à son bord 4 jeunes. Ils traverseront le globe en s’appuyant sur l’énergie du soleil, la force du vent et la force de l’eau.
"Amasia", équipé par Naviwatt, a pris la mer pour 2 ans avec à son bord
4 jeunes. Ils traverseront le globe en s’appuyant sur l’énergie du soleil,
la force du vent et la force de l’eau. | Ouest-France

Hydrogénérateur et énergies renouvelables

L’année 2011 est difficile. La concurrence arrive et il faut se battre. Yannick Wileveau décide de se diversifier en développant un hydrogénérateur : même principe que l’éolienne mais dans l’eau.

En 2013, un premier voilier part faire le tour de l’Atlantique, tout équipé puis ce sera au tour d’Eco Sailling Project. Le nom du bateau : Amasia. Bérenger Laurent, ingénieur en génie civil et spécialisé dans les énergies renouvelables, est à bord.

« Nous avons beaucoup travaillé ensemble à leur retour », souligne le gérant de Naviwatt. Bérenger devient, depuis le début de l’année, salarié pour développer le concept, avec même un projet d’association à venir. Fort de sa pratique, il prend le côté commercial, s’appuyant pour expliquer le principe, sur sa propre expérience sur Amasia.

Naviwatt s’occupe de toute l’installation physique. On pourrait dire que leur métier est celui d’intégrateur. D’un bateau classique qu’on leur apporte, ils en font un électrique. Ils passent du temps tous les deux avec les propriétaires, analysent leurs besoins. Il faut compter de 8 000 € à 30 000 € voir plus, suivant les projets et la taille du voilier.

Lire aussi : Des énergies renouvelables de plus en plus énergiques

 

Le Zéphyr sur l’eau, premier bateau de Naviwatt.
Le Zéphyr sur l’eau, premier bateau de Naviwatt. | Ouest-France

 

Recherche d’un électricien

Ils travaillent avec des fournisseurs à la pointe de la technologie et de l’innovation. Une fois que l’investissement dans les batteries est fait, plus de frais d’entretien, ni de carburant. « Dans nos projets futurs, on espère gagner en vitesse pour équiper des Zodiac. Pour l’instant le Parc naturel régional et les navettes du Golfe sont demandeurs », précise Bérenger Laurent.

« Je cherche dès à présent un électricien qui a une expérience dans le nautisme », annonce Yannick Wileveau. De 2008 à 2017, ils passeront donc de un à trois employés, se donnant les moyens d’une belle progression. Yannick se déplace régulièrement vers le Maroc ou Hong Kong où il y a déjà des demandes.

L’entreprise souhaite s’ouvrir vers l’étranger. Leur objectif : équiper une vingtaine de bateaux par an. Leur réactivité est grande puisqu’en un mois ils peuvent équiper un bateau complètement, sauf complexité.

Le sur-mesure fait leur force. « Nos clients sont conscients des problèmes environnementaux et en plus de vouloir une propulsion électrique, ils veulent récupérer de l’énergie renouvelable. Une autre facette de notre activité, c’est également de leur proposer l’installation de panneaux solaires, éoliennes et hydrogénérateur », précise Bérenger.

Ils intègrent leur nouveau local, aux Voilerieuses, zone du Rédo au 1er mars et espèrent, d’ici la fin de l’année, avoir un de leur bateau à quai au Port du Crouesty pour leurs essais. Une entreprise locale à l’écoute de la planète, des marins et à la pointe de l’innovation pour un nautisme responsable jette l’ancre à Arzon.

Renseignements : 07 78 35 28 26, contact@naviwatt.fr

 

Le soleil, le vent, la force de l’eau serviront à "Amasia" qui naviguera sans émission nocive dans le plus grand respect de l’environnement.

Posté par portnavalo1 à 14:41 - ENVIRONNEMENT - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Nautisme responsable

Nouveau commentaire