Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

22 novembre 2017

Ilur

Golfe du Morbihan. Ilur est autonome en eau et en électricité

Conservatoire du littoral et parc naturel régional travaillent main dans la main à Ilur.
Conservatoire du littoral et parc naturel régional travaillent main dans
la main à Ilur. | Isabelle Jégouzo

Isabelle JÉGOUZO.

Ce petit bout de terre au milieu du golfe du Morbihan est estampillé durable, comme trente autres îles dans le monde. Prochain objectif : ouvrir un gîte de douze places pour le public.

 Dans le golfe du Morbihan, en face de l’île d’Arz, Ilur. Il n’y a pas de transports organisés pour s’y rendre, mais 15 000 visiteurs la foulent chaque année, dont un bon tiers d’écoliers.Après avoir serpenté entre des vergers bordés de murets en pierre, on ne peut que tomber sous le charme de son ambiance, de sa douzaine de maisons, sa chapelle…Ici, pas de raccordement en électricité au continent, mais des panneaux photovoltaïques sur le toit de l’ancien hangar à varech réaménagé. Pas d’eau du réseau non plus, mais une pompe sur un puits relié à une nappe phréatique.« Et quand il n’y a plus d’électricité, il n’y a plus d’eau non plus »,commente Vincent Chapuis, gardien de l’îlot depuis plus de 5 ans.Les travaux réalisés, 650 000 €, ont reçu le soutien d’Enedis à hauteur de 150 000 €. « Ici on ne vient pas avec deux sèche-cheveux, des batteries à recharger. Il n’y a pas non plus de sèche-linge »,sourit Gwenal Hervouët, directeur-adjoint du conservatoire du littoral. « À Ilur, on adapte sa consommation d’eau et d’électricité en fonction de la ressource, et non l’inverse. »L’île appartient, en effet, en grande partie (37 ha sur 42), au conservatoire du littoral, géré par le parc naturel régional du golfe du Morbihan.

Un gîte en projet

« Ilur est un petit monde en réduction, la vitrine du parc naturel régional, selon David Lappartient, son président. Elle fait d’ailleurs partie d’une association qui regroupe une trentaine d’îles dans le monde, reconnues durables. »Au XIXe siècle, une trentaine de personnes vivait déjà en quasi-autarcie sur cette île, grâce à l’élevage, la culture et la pêche. Dans les années 30, un propriétaire privé a racheté lopin de terre après lopin de terre pour en faire un lieu de villégiature et de chasse. Un projet pédagogique permet d’ailleurs aux visiteurs de comprendre comment la vie y est organisée. Et comment la respecter.Aujourd’hui, le gardien, Vincent Chapuis, y habite quelques semaines par an. Une vingtaine de moutons broutent en liberté, et un bélier vient d’intégrer le troupeau.Demain, il y aura aussi peut-être un gîte. Un projet de douze places est à l’étude. « C’est un travail de longue haleine », admet le président du PNR.« Ilur est vraiment un laboratoire de développement durable sous toutes ses formes ! 

Posté par portnavalo1 à 19:48 - ENVIRONNEMENT - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Ilur

Nouveau commentaire