Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

19 mars 2019

Environnement

Port-Navalo : une carte postale fragilisée

 

L’érosion devient problématique sur la pointe de Port-Navalo, un des sports majeurs de la commune.L’érosion devient problématique sur la pointe de Port-Navalo, un des spots majeurs de la commune. (Le Télégramme/Loïc Berthy)

Un des sites emblématiques de la commune d’Arzon est-il en train de vaciller ? L’érosion manifeste qui touche la pointe de Port-Navalo pourrait amener, dans le futur, la municipalité à la couper à la circulation.

Au pied de la route qui surplombe la mer, de gros rochers témoignent de la force des éléments qui grignotent petit à petit le trait de côte. Un panneau a été installé pour avertir le passant qu’ici il y a danger. Plus loin, sur la promenade qui mène à l’ancien petit port de pêche, les cyprès semblent plantés dans un équilibre précaire. Aucun n’est encore tombé, mais un spécimen a dû être abattu. « Ces arbres ont été plantés il y a 80 à 100 ans. Ils arrivent à la fin de leur cycle de vie. La question est de savoir par quoi on les remplacera », explique Stéphane Carrey, l’employé référent de la commune, sur les questions qui touchent à l’environnement. Des tests de résistance sont effectués sur les arbres, quand il y a un doute, mais avec parcimonie, parce que tout cela à un coût. Pour le maire Roland Tabart, c’est l’intégrité même du site qui pose question. « On se demande si à moyen terme, on ne sera pas obligé d’interdire les voitures. L’érosion est tellement marquée qu’elle peut remettre en question la circulation sur cette partie de la commune. Le maintien de la qualité du site est essentiel, car c’est une des cartes postales d’Arzon ». Sur les poteaux en bois qui jalonnent la route, les marques de bitume montrent que la route s’est déjà un peu affaissée.

Changement des vents dominants

Le sujet préoccupe à ce point le maire, qu’il en avait fait part à ses collègues élus, lors du dernier conseil de Golfe du Morbihan Vannes agglomération, ses propos résonnant dans une indifférence polie. Sans doute parce que, hormis peut-être la commune du Tour-du-Parc, Arzon est l’une des seules confrontées à ce point à l’érosion de son trait de côte. Ce phénomène frappe aussi de plein fouet la pointe de Bilgroix. Plusieurs facteurs concourent à cette situation. Depuis dix ans, on a constaté un changement des vents dominants qui sont désormais majoritairement orientés nord-nord-est. L’effet de ressac, conjugué au ruissellement des eaux de pluies et à la force abrasive du vent, fragilise petit à petit certaines franges de la côte. Et puis il y a la fréquentation des sentiers côtiers. « C’est la première activité de loisirs sur la commune, avant le nautisme. On est un peu victime de notre succès » note Didier Bernat, le maire adjoint à l’environnement. Par mesure de précaution, la commune avait interdit à l’Ultra-Marin, le raid qui fait le tour du Morbihan, d’emprunter les pointes de Kerners et de Saint-Nicolas, l’an dernier. Une décision qui pourrait être renouvelée. « Pour Kerners, c’est sûr. Pour Saint-Nicolas, nous verrons si la situation s’est améliorée où non » prévient Roland Tabard.


© Le Télégramme 

Posté par portnavalo1 à 10:58 - ENVIRONNEMENT - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Environnement

Nouveau commentaire