<$BlogItemShareWidget$>Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

08 janvier 2021

Ossements découverts à Arzon : marin péri en mer ou victime

Le Télégramme Publié le 08 janvier 2021 à 11h30 Modifié le 08 janvier 2021 à 11h42

Ossements découverts à Arzon : marin péri en mer ou victime du choléra ?

La tombe du Petit Mousse à Arzon, face à la baie de Quiberon. Les ossements retrouvés ce jeudi sont-ils les restes d’un cadavre qui a péri en mer ou d’une victime du choléra ?

La tombe du Petit Mousse à Arzon, face à la baie de Quiberon. Les ossements retrouvés ce jeudi sont-ils les restes d’un cadavre qui a péri en mer ou d’une victime du choléra ? (Le Télégramme/Myriam Le Moigne)

Les vieux ossements découverts à Arzon (56) ce jeudi pourraient être ceux d’un mousse, pense le maire de la commune Roland Tabard. Mais il y a aussi eu un épisode de choléra meurtrier au XIXe siècle.

La tombe du Petit Mousse à Arzon, face à la baie de Quiberon. Les ossements retrouvés ce jeudi sont-ils les restes d’un cadavre qui a péri en mer ou d’une victime du choléra ? (Le Télégramme/Myriam Le Moigne)

Le parquet de Vannes a confirmé, jeudi, que les ossements découverts jeudi à Arzon étaient très anciens. Il s’agit des restes d’un corps, un bassin et une colonne vertébrale, qui ont été remis à la lumière du jour au gré de travaux menés dans le jardin d’une maison en travaux, à Port-Navalo.

Arzon fut une terre de marins, ce qui a amené le maire de la commune à évoquer, jeudi, l’hypothèse d’un mousse qui aurait peut-être péri en mer et qui aurait été inhumé là. La présence de la tombe du Petit Mousse à Arzon, orientée vers la baie de Quiberon, atteste d’une pratique courante à l’époque. Cette sépulture abrite le corps d’un cadavre retrouvé le 2 octobre 1859 que personne ne put reconnaître à l’époque après deux mois passés en mer. « Les marins qui périssaient en mer étaient théoriquement enterrés autour des églises. Mais on sait aussi que des corps arrivaient à la plage de Sablac-Mendu, qui se situe non loin de l’endroit où ont été trouvés les ossements jeudi » témoigne Myriam Le Moigne, correspondante du Télégramme à Arzon, mais aussi référente patrimoine de la commune pour Golfe du Morbihan.

152 morts du choléra en 1866

Arzon fut aussi victime d’un virulent épisode de choléra au XIXe siècle. Une vague meurtrière qui frappa en deux temps. Les archives de l’époque et les documents collectés par l’historien local Augustin Cariou parlent de 37 morts lors d’un premier épisode en 1832. Celle de 1866 fit 152 décès. « En moins de trois mois on comptait déjà une cinquantaine de morts. Les villages les plus atteints furent le bourg, Bourg-Neuf, Port-Navalo, Ker Coëdo et Le Monteno ». Les ossements ont donc bien été retrouvés dans ce périmètre.

Alors se trouve-t-on en présence de restes d’un noyé ou de ceux d’un pestiféré mort du Choléra il y a plus de 100 ans, ou encore d’une personne décédée de tout autre chose ? Pas sûr que les analyses qui seront effectuées dans les jours prochains apporteront une réponse à cette question.

Posté par JPL56 à 13:14 - INFORMATIONS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Ossements découverts à Arzon : marin péri en mer ou victime

Nouveau commentaire