Arzon. Sept nouvelles posthumes écrites dans la Presqu’île

Jean-Luc Fredet, avec sa fille Ariane et sa petite-fille Julia.

Jean-Luc Fredet, avec sa fille Ariane et sa petite-fille Julia. Ouest-France Publié le 31/05/2021 à 05h36

Pour rendre hommage à son épouse, décédée il y a deux ans à l’âge de 84 ans, Jean-Luc Fredet s’est particulièrement attaché à ce que l’œuvre de celle-ci puisse être publiée.

« Ma maman, Claude du Fief, de son nom de plume, a écrit depuis son adolescence de merveilleuses nouvelles et romans qu’elle a conservés en sa demeure, au 41, impasse Fosse-Er-Fletan, à Arzon, où elle habitait avec mon père et où frères et sœurs avons grandi », explique sa fille Ariane, ancienne attachée de presse. Celle-ci s’est rapprochée des éditions Le Lys Bleu, qui ont consenti à publier un recueil de sept nouvelles, tout simplement baptisé 41, impasse Fosse-Er-Fletan (le chemin de la fontaine, en breton).

Ces nouvelles se situent tantôt à Madagascar, tantôt dans le golfe du Morbihan, tantôt dans des lieux carrément imaginaires. Certaines d’entre elles, comme Le marchand d’ombre, sont très réalistes, puisque le hasard a voulu qu’il y ait un rapprochement avec la pandémie actuelle. D’autres, comme Azur, ont un caractère fantastique.

Livre disponible sur commande sur internet : www.lysbleueditions.com/produit/41-impasse-fosse-er-fetan