Le Télégramme Publié le 14 décembre 2021 à 19h00 Modifié le 15 décembre 2021 à 16h02

Le Parc naturel du golfe du Morbihan invite le public à observer la biodiversité

Cécile Chauvin et Pierline Tournant, chargées de projet, invitent chacun à devenir observateur de la biodiversité qui l’entoure, au coeur du parc naturel du Morbihan. Un « wanted » très ludique.

Cécile Chauvin et Pierline Tournant, chargées de projet, invitent chacun à devenir observateur de la biodiversité qui l’entoure, au coeur du parc naturel du Morbihan. Un « wanted » très ludique. (Le Télégramme/Catherine Lozach)

On connaît sans doute mieux la tête des animaux de la savane que celle des voisins de notre jardin. Et si ça changeait ? Le parc naturel du golfe du Morbihan lance le défi à ses habitants. Le Télégramme s’y associe.

Après les cartes « Pokémon » ou « Panini », voici les badges « Wanted » du parc naturel du Golfe du Morbihan. La grande différence pour les collectionneurs, c’est que les premiers s’achètent… alors que les derniers invitent à ouvrir grand les yeux et à mettre le nez dehors.

Dévoilés par des BD

« Notre objectif est de mobiliser les gens, de les inviter à observer », explique Pierline Tournant, chargée de projet « Atlas de la biodiversité » au parc naturel du golfe du Morbihan. Cécile Chauvin, également chargée de mission, a une autre corde à son arc : un bon coup de crayon. Les deux passionnées de l’environnement ont donc décidé de lancer chaque mois deux avis de recherche, avec quelques indices en BD. Des avis partagés sur les réseaux et dans les colonnes du Télégramme.

Le premier "wanted" : la salamandre.Le premier « wanted » : la salamandre. (Le Télégramme/Parc naturel régional du golfe du Morbihan)

Pour obtenir son badge à l’effigie du « Wanted » du moment, il faudra en avoir trouvé un et avoir déclaré son observation, photo à l’appui, sur la plateforme de l’inventaire de la biodiversité et du patrimoine naturel.

24 « Wanted » au fil des saisons

Tous les membres de la faune et de la flore des communes qui se sont lancées dans un Atlas de la biodiversité communale ont passé un casting. Un peu moins que les miss régionales (qui étaient 29), les heureux élus sont 24. « Il y en a des mignons, mais pas seulement », annonce Pierline Tournant. L’idée est de montrer la… diversité de nos voisins. La recherche est déjà lancée pour la salamandre et l’amanite tue-mouches. Le premier « wanted » de décembre est la bernache cravant.

Ce n'est plus tout à fait la saison, l'amanite tue-mouches fait partie des élue.Ce n’est plus tout à fait la saison, l’amanite tue-mouches fait partie des élues. (Parc naturel régional du golfe du Morbihan)

Il y a donc des espèces en tension, il y en aura d’autres invasives. « On s’adapte aussi aux saisons ! » Dernier critère, l’élu doit être identifiable sans aucun risque d’erreur sur son identité.

« Et ce n’est pas un concours photo ! », précisent les deux jeunes femmes. Pas question d’aller effrayer les bernaches, qui ont déjà du mal à trouver des champs de zostères où brouter tranquillement. « Même de loin, c’est bon ! » Pas question non plus de manipuler la fragile salamandre pour avoir son meilleur profil. Juste… observer.

En plus du déclic de l’appareil photo, cette invitation à ouvrir l’œil vise aussi à populariser le réflexe de partager ses observations. « La plateforme de l’inventaire est ouverte au grand public depuis l’été 2020 », explique Pierline Tournant. On peut y découvrir les observations des autres et y inscrire facilement les siennes. « La géolocalisation est automatique. Il suffit d’entrer la date et l’espèce. » Un badge c’est bien, mais faire progresser la connaissance est aussi une belle récompense.

Pratique

https://observation.parc-golfe-morbihan.bzh