Le Télégramme Publié le 28 mars 2022 à 14h35

La commune d’Arzon mobilisée pour l’accueil de trois familles ukrainiennes 

Les jeunes femmes ukrainiennes et leurs filles ont été reçues à la mairie d’Arzon par les élus de la commune.

Les jeunes femmes ukrainiennes et leurs filles ont été reçues à la mairie d’Arzon par les élus de la commune.

Le maire d’Arzon, Roland Tabart, accompagné d’élus de la commune, de Sergio Tosati le directeur du Miramar, ainsi que quelques résidents, ont organisé une réunion vendredi 25 mars afin de présenter officiellement les trois jeunes mamans ukrainiennes arrivées à Arzon. Anna, Olga, Nathalie, et leurs filles sont arrivées, très fatiguées, il y a quinze jours de la ville de Lviv où elle résidaient. Elles sont passées par la Pologne par leurs propres moyens après trois jours de voyage. Les trois familles ont été tout de suite prises en charge par la commune d’Arzon.

17 logements proposés

Roland Tabart, son équipe et quelques personnes de la commune comme Isabelle Demars et bien d’autres, ont très vite lancé un appel aux Arzonnais pour trouver de quoi loger ces familles. Beaucoup ont répondu spontanément à cette demande. 17 logements ont été proposés.

Trois maisons avec tout le confort ont été retenues. En attendant ces logements, les trois familles sont logées provisoirement à La Cigale au Miramar où les mamans sont employées pour le moment. Cet accueil a pour origine deux initiatives simultanées rappelées par Roland Tabart. La première venant de Chantal Tricoire, conseillère municipale à Arzon, déjà à l’origine de la collecte des dons avec la protection civile qui a expédié, pas moins de 20m3 de produits divers pour l’Ukraine début mars.

Scolarisation des enfants

La deuxième initiative, est celle de Sergio Tosati et de son personnel dont le chef de cuisine est d’origine ukrainienne qui eux aussi ont sollicité le maire pour accueillir ces réfugiés. Roland Tabart précise que ces familles, aujourd’hui bien installées, auront pour six mois la gratuité des transports publics dès cette semaine.

La scolarisation des enfants avec repas, les loisirs, et assurances seront pris en charge par la commune. L’État devrait aider à la participation financière.